Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

l'évangélisation par voie de presse de Niepokalanów à Poznan

nous fêtons ce dimanche le bienheureux Timothée Trojanowski.

Il a été proclamé bienheureux par Jean-Paul II le 13 juin 1999, parmi 108 autres martyrs polonais du nazisme, ce qui faisait rentrer sur les prônes des églises les victimes d'une des plus grandes persécutions de chrétiens de l'histoire (après celle des communistes bien entendu).

la volonté de détruire l'Eglise catholique n'est pas venue aux nazi par simple racisme envers la Pologne.

au contraire, la diplomatie nazie avait essayé de s'entendre avec la Pologne avant la guerre (comme avec les anglais, d'ailleurs, là aussi sans succès) présentant Hitler comme un "bon" nationaliste, autrichien et non pas prussien.

mais les causes de divergences entre une nation luthérienne et une nation catholique étaient trop profondes et le danger représenté par un ennemi commun (les bolcheviques) sous estimé à l'époque, sauf par les papes clairvoyants Pie onze et Pie douze, pas assez écoutés.

mais la décision de tuer tous les catholiques concernaient aussi le peuple allemand (première victime du nazisme) car elle visait l'Eglise en tant que communauté de croyants et non en tant que structure hiérarchique.

le "je détruirai l'Eglise" d'Hitler avait beau être une citation de Napoléon (dont "le fureur" avait tenu à aller voir le tombeau après la prise de Paris) cela venait du cœur.

l'incompatibilité de la doctrine (et de la pratique quoi qu'on en dire.) chrétienne et de la doctrine nazie est aujoud'hui évidente mais elle devait (et doit toujours) être propagée largement pour que tous la connaissent.

frère Timothée Trojanowski et son patron au couvent de Niepokalanów, père Maximilien Kolbe étaient en première ligne de ce combat, contre le mal en tant que violence, mais aussi en tant qu'indifférence coupable chez les pacifistes français et anglais de l'époque.

leur arme le journal Rycerz Niepokalanej (« le Chevalier de l'Immaculée ») qui défendait la saine doctrine sous l'emblème de la trés Sainte vierge Marie, inconnue pour les protestants, aberration pour les athées.

le jeune Stanislas Antoine était un des nombreux volontaires admis par Saint Maximilien au couvent très couru de la ville que ses franciscains avait construit en périphérie de Varsovie.

A 22 ans, il entre dans le couvent des frères conventuels à Niepokalanów, sous le nom de frère Timothée (Tymoteusz).

Il prononce ses vœux simples le 2 février 1932 et ses vœux solennels le 11 février 1935.

Il contribue à la revue du père Maximilien Kolbe et s'occupe aussi de l'infirmerie du couvent.

En octobre 1941, il est arrêté par la Gestapo avec six autres frères et enfermé d'abord à la prison de Pawiak, à Varsovie.

Déporté à Auschwitz il est mis aux travaux forcés.

Il tombe malade et meurt d'une pneumonie le 28 février 1942 à l'âge de 33 ans.

cette cause de mortalité purement médicale ne doit pas faire illusion.

il est évident que la condition de travailleurs forcé au lager achevait les gens de manière rapide, efficace et voulue, quelque soit les mentions que les assistants du médecin d'Auschwitz (le docteur Mengele) inscrivaient sur les rapports.

soit dit en passant, les communistes usèrent la même méthode, par exemple avec mon oncle.

le père Antoine Samulski (ami du caridnal Wyszynski cité dans ses mémoires) est mort un mois après sa sortie de la prison communiste où il était enfermé depuis la guerre.

sous la période communiste, le journal de Saint Maximilien ne parût plus qu'à l'étranger, interdit par le pouvoir en Pologne.

mais le vide fut remplit par un nouvel organe de presse, le magazine "aimez vous", fondé par le père Ignace Posadzy.

celui ci continue dignement la mission de Saint Maximilien dans tous les pays où il est lu.

des dizaines de versions différentes existent (y compris une version chinoise et désormais une version arabe) dont la version française, en vente ici et imprimé à Poznan, d'où le titre.

http://www.ebay.fr/itm/-/182036846013?

par exemple ce numéro là réunit dans un dossier plusieurs rapports de découvertes archéologiques prouvant que l'évangile a bien été écrit en Palestine au premier siècle.

sur demande je peux aussi fournir des anciens numéros sous forme d'ebook ou pdf.

à vous de jouer, luttez contre les bruns, les rouges et les indifférents coupables d'inaction.

bonne lecture de notre presse où que Vous soyez.

Partager cet article

Repost 0